f.C.Mericourt : site officiel du club de foot de MERICOURT - footeo

JEU DE JONGLES

1 juin 2013 - 19:34

Est-il nécessaire de savoir jongler pour bien jouer au football ? Quelles sont les conditions d’apprentissage en séance d’entraînement ? FFF.FR vous aide à maîtriser la balle.

 

L’anecdote est signée Philippe Mexès. À l’âge de 8 ans, le futur international participe à un stage de détection au Toulouse FC. Exercice demandé pour commencer : une série de jongles des deux pieds. “Je n’étais pas très doué. Heureusement, les éducateurs ont décelé d’autres qualités en moi…” L’œil des techniciens n’a pas failli. Mais combien de jeunes ont-ils été recalés au motif qu’ils ne savaient pas satisfaire à ce type d’épreuve technique ? Est-il nécessaire de savoir jongler sans difficulté pour devenir un footballeur émérite ?

Réponse de Bernard Curel, Conseiller Technique Départemental (CTD) de la Marne et  (CMH), membre de la Commission fédérale du Football d’Animation : “Si un jeune de 10 ans réussit vingt jonglages de son bon pied, dix de l’autre et dix de la tête, on peut penser qu’il commence à maîtriser la balle. Un joueur ne réalisant que deux jonglages d’un pied sera forcément en difficulté en match lorsque le ballon lui arrivera sur ce côté. Il faut donc posséder des bases pour se montrer à l’aise techniquement dans le jeu.” Et qu’en est-il de la situation inverse ? Un prince de la balle est-il obligatoirement un footballeur à part entière ? “Il saura parfaitement maîtriser toutes les surfaces de contact pour contrôler le ballon ou le frapper, mais ne sera pas systématiquement un bon joueur et devra développer d’autres qualités pour s’imposer”, indique le CTD.

À partir de quel âge peut-on commencer à s’initier à cet exercice d’adresse ? “On est en mesure de proposer des situations d’apprentissage dès 7-8 ans, par exemple avec un rebond entre chaque touche, reprend Bernard Curel. Le jonglage développe la coordination. Un joueur acquérant 90 % de sa coordination avant 12 ans, on comprend les difficultés rencontrées pour améliorer ce geste par la suite.” D’autant que cette figure imposée est souvent vécue comme une séquence peu motivante. Il revient donc à l’éducateur de la rendre intéressante en individualisant le travail ou en donnant aux joueurs des objectifs, comme l’organisation de “défis” à un contre un ou par équipe, tout en veillant au comportement de chacun.

“Les éléments les plus faibles peuvent se sentir en situation d’échec lorsqu’ils ne possèdent pas ce «toucher» de balle, souligne le technicien. L’influence de l’éducateur n’en est alors que plus importante. Une bonne démonstration avec des explications claires est nécessaire pour aider le joueur à se concentrer sur sa tâche. Il convient également de veiller à ce que l’exercice, après échauffement, ne dure pas longtemps : 5 à 10 minutes maximum sur une séance de 75 à 90 minutes. Un travail régulier favorisera la progression du joueur.” Le jeune Philippe Mexès s’y est employé tout au long de son apprentissage…  

 

EXERCICES PRATIQUES

Les jonglages de base pour les petits sont le pied droit, le pied gauche, la tête. Puis, à partir de 10-11 ans, on peut améliorer le travail de maîtrise et de coordination en associant deux surfaces de contact : alternés pied droit-pied gauche, pied-cuisse, pied-poitrine, pied-tête. Des exercices en mouvement suivis de frappes ou de situations à deux (en se tenant la main, en s’échangeant le ballon, en progressant sur une distance), peuvent être proposés. Un principe : être toujours adaptés au niveau des joueurs pour qu’ils y trouvent un intérêt.

Pour vous aider dans leur préparation, des DVD sur la préformation (12-15 ans), et le football des 9-12 ans sont disponibles au centre de documentation du CNTFS. Par ailleurs, des épreuves de jonglage pour les U11 sont notamment consultables sur le site www.aefmarne.fr, rubrique « séances d’entraînement ».

Commentaires